Victime d’une agression, elle raconte son calvaire et reçoit des messages d’insultes

Victime d’une agression, elle raconte son calvaire et reçoit des messages d’insultes

Une Toulousaine de 37 ans raconte le calvaire de son agression dans un quartier de la « ville rose » dans la soirée du 20 septembre 2016.

Au lieu de se taire par peur de représailles, Prisca a décidé de raconter dans les moindres détails, via un post sur Facebook, la violente agression dont elle a été victime.
La jeune femme avait passé un très bon moment après un concert. Avant de rentrer chez elle, Prisca décide de faire une petite course. C’est à ce moment-là que sa soirée tourne au drame. Voici son récit qui fait froid dans le dos :

Je sors de l’épicerie de nuit, je suis seule dans la rue.
3 hommes m’interpellent par des « Bonsoir princesse », « Bonsoir Bella » et autres.
Je les ignore.
Visiblement, ça les agace. Alors l’un d’entre eux lance une attaque sur mon physique. Je me retourne et reviens les voir en leur demandant sèchement de répéter. Il me disent alors que « Nan mais attends, on te dit « bonsoir princesse » et toi tu réponds même pas. »
Je leur explique, droit dans le yeux que je m’en branle et que je n’ai aucune obligation de leur répondre. Et qu’en plus, ils sont 10-15 clampins à m’interpeller de cette manière chaque jour et que je n’en peux simplement plus.
Celui près de moi me lance alors un « Ferme ta gueule » en crachant.
Je lui renvoie alors un gros « Non, toi, ferme bien ta gueule » en lui crachant dessus.
Et là, le mec me met un énorme coup au visage. Je me cogne brutalement contre une rambarde en fer et m’écroule par terre, la joue bien rouge et enflée et la lèvre ouverte. Et…le poignet complètement pété.
Hôpital. On m’annonce que les os sont déplacés, le poignet cassé et que je dois être opérée d’urgence. On m’ouvre et me met une plaque en fer. J’y reste 2 jours. Je suis salement amochée. 3 mois de convalescence en prévision. Rééducation, etc.
Avant, après: crises de nerfs et de larmes à m’en vider le corps.
2 jours que je chiale ma race. Que je chiale de cette énième agression, humiliation, parce que je suis tout simplement une FEMME.
Alors voilà, j’ai bientôt 37 ans. Ça va faire maintenant presque 25 ans que je subis ces saloperies en tous genres: agressions verbales, humiliations multiples, harcèlement sexuel, moral, de rue ou au travail, violences physiques, viol. Et j’en passe…
Je suis à bout. La colère, la rage, je l’ai, je vis avec chaque jour. mais je monte d’un cran à chaque nouvelle épreuve de ce style. Mon sang bout de plus en plus.
J’en ressors une nouvelle fois traumatisée, vidée. Je reste debout mais je maudis ce système patriarcal. Je le vomis de toute mon âme.
Néanmoins, je reste fière d’être une femme et mon/notre combat continuera tant qu’il le faudra.
La peur doit changer de camp.

Après la diffusion du post largement partagé sur le réseau social, Prisca a reçu des messages d’encouragement mais également des messages d’insultes.

Similar Posts
Astuces d’été pour les Nanas
L’astuce toute simple pour rouler ? v?lo en jupe sans montrer sa culotte Les ‘pieds de Barbie’, l’astuce pour des...
Me Too sans Toi
Un début de communautarisme des nanas se fait elles ressentirent dans toutes l’Europe? Est quel conséquence cela donnera? Une britannique...
Le documentaire sur les violences gynécologiques « Paye (pas) ton gynéco »
Le documentaire sur les violences gynécologiques « Paye (pas) ton gynéco »
S’il ne fallait regarder qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait ce documentaire réalisé par Nina Faure concernant les violences gynécologiques...

There are no comments yet, add one below.

Leave a Reply


You must belogged in to post a comment.